Protéger les droits de l’homme

Faut-il protéger les droits de l’homme… et même les droits de l’enfant ?
Ces droits sont-ils vraiment menacés ? Hélas, oui.

La propagande d’État s’intensifie, comme vous aller le constater ci-dessous.

La crise « sanitaire » a permis au Conseil Fédéral de prendre un pouvoir absolu en gouvernant la pays par ordonnances, c’est à dire au-dessus du peuple souverain. Ceci est en désaccord avec notre constitution suisse et n’est absolument pas justifié. En effet, l’état d’urgence ne peut être appliqué qu’en cas d’extrême danger, mais cela n’est pas le cas. Le nombre de décès, malgré la « pandémie Covid », n’est pas plus élevé que les années précédentes (chiffres publiques de l’OFSP).

Nous sommes donc en droit de nous poser des questions sur la gestion de cette crise. De plus, il est particulièrement inquiétant de constater le manque de débat démocratique permettant aux différents experts de s’exprimer librement. Actuellement, tout avis qui remet en question la vision officielle est suspect. Cela n’est pas acceptable.

Pourquoi faut-il protéger les droits de l’homme en Suisse ?

La nouvelle loi sur les mesures de police pour lutter contre le terrorisme (MPT) permettrait d’interpeler toute personne présumée de pouvoir mener des activités terroristes ou soupçonnée d’agir contre l’état. Cela veut dire n’importe qui exprimant un avis différent sur quelques questions sensibles. Par exemple à propos du Covid (les corona-sceptiques), la dangerosité des vaccins, les mensonges des médias ou encore les dangers du transhumanisme, etc.

C’est à dire des gens comme moi et comme tant d’autres citoyens suisses qui défendent la liberté et la vérité en demandant de véritables débats en toute transparence. C’est aussi le cas des journalistes qui ne peuvent plus exercer leur métier en leur âme et conscience et qui subissent la censure.

Cette nouvelle loi pourra soumettre tout suspect à un interrogatoire forcé, l’assigner à domicile, l’interdire de contact et le limiter dans ses déplacements. On pourra l’obliger à un contrôle permanent, le forcer à porter un bracelet numérique à la cheville et lui imposer une surveillance par smartphone. De plus, ceci s’appliquerait sur des sujets depuis l’âge de quinze ans et certaines restrictions même dès 12 ans !

Si vous voulez protéger les droit de l’homme, il faut agir maintenant !
Signez le référendum et renvoyez votre signature d’ici le 11 janvier (courrier A).

Autre nouveauté, cette loi viole la présomption d’innocence. Jusqu’ici, il fallait une accusation précise basée sur des faits, mais avec cette loi, une simple suspicion ou une dénonciation peut suffire pour soumettre n’importe quelle personne aux contraintes de cette loi. Une loi qui, par ailleurs, ne définit pas clairement la notion de terroriste, laissant une libre interprétation de celle-ci.

C’est une loi de dictature et c’est très grave. Comme c’est aussi très grave que les médias officiels n’en parlent pas.

Pourquoi veut-on faire passer cette loi de manière aussi discrète ? Sans doute parce qu’elle est inacceptable par un peuple libre. Il est plus que jamais nécessaire de faire appel à son bon sens pour protéger les droits de l’homme.

Que peut-on faire pour protéger les droits de l’homme ?

Si vous ne voulez par d’un état policier et que vous tenez à vos droits démocratiques, signez ce référendum dès maintenant. Vous trouvez les feuilles de signatures en cliquant ICI. Elles doivent être envoyées au plus tard le 11 janvier par courrier A (adresse indiquée sur la feuille de signature).

Si vous désirez en savoir plus, lisez cette courte présentation et/ou visionnez cette vidéo.

Vidéo pour protéger les droits de l'homme en Suisse

Si vous pensez que le vaccin ARN contre la Covid-19 peut être mis en doute à cause de la précipitation dans laquelle il a été élaboré, vous pouvez encore signer la pétition qui soutient le moratoire des professionnels de la santé adressé au gouvernement en cliquant ICI.

Si vous désirez protéger vos aînés placés en EMS afin qu’il ne subissent pas le vaccin sans l’avoir eux-même décidé, vous pouvez utiliser le modèle de courrier « refus de vaccination anit-Covid19 » pour officialiser votre position auprès de l’établissement concerné. Ce modèle de lettre est ICI.

S’unir pour l’avenir

Nous vivons des temps perturbés dans lesquels nos droits fondamentaux d’êtres humains sont mis en danger. On peut être tenté de fermer les yeux sur tout cela et de croiser les doigts pour que cela s’arrange tout seul. Je peux le comprendre. Mais le danger est réel et il est urgent d’agir.

Pour que 2021 nous permette de construire un avenir meilleur.
Restons conscients, restons unis… et gardons la lumière.

Diffuser le savoir

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *